Coup(s) de coeur

Publié le par JGC

Parmi les innombrables spectacles de la rentrée, deux propositions à signaler :

1/ LA COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE de et par David Lescot
est repris pour une semaine au Théâtre des Abesses (Théâtre de la Ville)
du 25 septembre au 2 octobre


"Nonchalant, tout souriant, David Lescot arrive avec sa guitare tchèque, qui, nous prévient-il, date de1964. Un souvenir de jeunesse, du temps où ses parents l’envoyaient dans l’une de ces colonies de vacances organisées par le parti communiste pour les enfants juifs. Avant lui, son père y était allé. Là bas David Lescot écoutait Joan Baez et les contest songs du temps. On lui apprenait des chansons dans le droit fil de la bonne pensée. Un peu comme chez les scouts, mais franchement plus à gauche. De toute façon, ayant réalisé dès son plus jeune âge qu’il est essentiel de ne jamais rien prendre pour argent comptant, de toujours chercher l’autre côté des choses, ses chances de se laisser embrigader étaient minimes. D’autre part, c’est sans doute là qu’est née sa passion pour la musique : il ne peut s’en passer, elle habite entièrement son œuvre. Il se souvient, il raconte, se confie, gratte tendrement sa vieille guitare rouge, chante, installe une ambiance de cabaret rêveur, attire la complicité tout autant que le rire. Défilent les airs et les chansons que l’on croyait oubliés, les histoires de balades, de soirées rigolardes, avec les copains, les surveillants. Et lui au milieu, le regard déjà bien acéré, qui observait, examinait, saisissait l’instant, en pointait les failles. Alors aujourd’hui dans son récit (Molière 2009 de la révélation) se rejoignent une forme de nostalgie souriante et d’humour mélancolique, se mêlent finesse et tendresse. Un rare enchantement."

 Colette Godard

Le DVD du spectacle avec quelques entretiens en bonus est disponible ici

2/ L'Arracheuse de temps de et par Fred Pellerin   est au Théâtre du Rond Point,
du 29 septembre au 31 octobre (18h30)

"Tout ce que je raconte a une origine réelle. Je viens d’un village où les gens parlent beaucoup.
Saint-Élie-de-Caxton n’est pas une invention de Fred Pellerin. Ce serait même plutôt le contraire. Car si cette charmante contrée québécoise n’existait pas, cet enfant du pays à la langue bien pendue qu’est l’ami Pellerin n’existerait pas non plus. Alors, bien sûr, un gars qui vous parle comme ça avec le plus grand sérieux d’un éleveur de mouches de sa connaissance qui utilise des insectes pour concocter de la bière de bibittes, et que cette boisson aurait même remplacé un temps le vin de messe à Saint-Élie, sur le moment ça laisse un peu coi. Et pourtant la bière de bibitte existe pour de vrai, c’est de l’alcool à base de fèves, une boisson locale. Les lutins aussi existent. Fred Pellerin les a vus. Il faut le croire car c’est un conteur à l’imagination formidable. Il n’invente rien, assure-t-il. C’est sa grand-mère qui lui a tout raconté. Mais à l’entendre on soupçonne qu’il ne craint pas de « brodeuriser » ses histoires désopilantes entre deux morceaux de guitare. De bien belles histoires qu’on ne se lassera jamais d’écouter. "

Pour ceux qui aiment rire, découvrir un artiste conteur exceptionnel et prolonger un voyage au Québec, à ne pas rater !

Publié dans COUPS DE COEUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article