Le Théâtre du Soleil a 50 ans

Publié le par JGC

 

affiche-Soleil.jpg


Le Théâtre du Soleil a 50 ans. Il présente "Macbeth" à partir du 30 avril. Déjà plusieurs articles lui sont consacrés Dans mon livre  "Quand je serai ministre de la culture", publié en 2012 aux (excellentes) éditions de l'Attribut, j'avais imaginé le discours que j'aurais à faire à cette occasion. C'est le moment de vous le proposer ici. Le livre est toujours disponible...

 

 

Remise de médaille collective à la compagnie, à la Cartoucherie de Vincennes

 

Chère Ariane,

Cher(e)s Liliana, Sylvie, Jean-Jacques, Charles-Henri,

Chers comédiens, techniciens, administratifs du “bureau”,

Mesdames et Messieurs,

Cher(e)s ami(e)s,

 

le Théâtre du Soleil à 50 ans !

J'ose à peine le croire, j'ose à peine le dire.

Me reviennent à la mémoire, telle la bande annonce d'un film exceptionnel, les images des innombrables moments passés avec vous, depuis La Cuisine dans ce merveilleux cirque Medrano aujourd'hui disparu, jusqu'aux Naufragés du Fol-Espoir, en passant par Les Clowns, 1789, 1793, l'Age d'or (que j'ai vu sept fois!), Mephisto, les Shakespeare, les Atrides, Sihanouk, Tambours sur la digue, Tartuffe, Le Dernier caravansérail, Les Éphémères...

Mais aussi les films Molière, Au Soleil même la nuit. Ou encore les nombreuses manifestations politiques et intellectuelles qui ont eu lieu ici, le procès de Prague reconstitué, les accueils du Théâtre du Campagnol, d'Augusto Boal et de son Théâtre de l'Opprimé, de Philippe Avron et de tant d'autres...

Je crois n'avoir manqué que très peu des rendez-vous que vous avez donné au public au cours de ces décennies, marquant ainsi profondément une génération entière de spectateurs qui vous ont accompagnés, soutenus, admirés, mieux, qui ont constitué avec vous l'aventure même du Théâtre du Soleil. Car ce théâtre n'est pas seulement le vôtre, il est celui de centaines de milliers de spectateurs, jeunes et moins jeunes, qui se sont approprié cet espace, mais surtout l'esprit que vous avez su y développer avec tant de générosité depuis toutes ces années.

 

Le Théâtre du Soleil, c'est bien sûr une âme, une équipe, un lieu, un public, une aventure artistique sans commune mesure. Mais au fond, c'est encore plus que cela : une aventure humaine exemplaire qui vous a fait choisir, et maintenir depuis l'origine, la forme juridique de la Société coopérative ouvrière de production, l'unicité des salaires, la rigueur et l'exigence du travail, le respect absolu du public, un sens de l'accueil et de la convivialité à nul autre pareil, le tout allié à un talent artistique hors du commun. En ce sens, et dans une époque nouvelle, vous êtes bien entendu les seuls héritiers véritables du Théâtre national populaire de Jean Vilar, héritiers d'une éthique plus que d'une forme artistique, cela va sans dire.

 

Vous avez su vous jouer du temps et de l'espace.

 

Le temps, c'est à la fois celui que vous prenez pour vos créations, plusieurs mois et quelquefois plus (au grand dam des administrateurs et des banquiers qui vous soutiennent), brisant toutes les normes d'une production théâtrale standardisée ; c'est parfois la durée de vos spectacles qui nous invite à passer ici plusieurs heures, voire plusieurs jours ; ce sont les nombreux mois de représentation, ici même et dans les quelques pays qui parviennent à vous accueillir, en Europe, en Amérique latine, au Québec ; c'est enfin la durée même de la compagnie, ces cinquante années de travail dont on mesurera l'importance en les comparant, par exemple, aux douze années de Vilar au TNP. Le Théâtre du Soleil est définitivement inscrit dans le temps et dans l'histoire théâtrale de notre pays. Soyez-en vivement remerciés.

 

Vous avez également apprivoisé l'espace, les espaces, toujours investis avec justesse et créativité. On pense aux Arènes de Lutèce de vos débuts, à la piste de cirque de La Cuisine ; on pense bien sûr à cette Cartoucherie de Vincennes arrachée à l'abandon, que vous avez fait revivre de vos propres mains. À l'intérieur même de ce qui allait devenir votre base permanente, vous n'avez cessé de modifier, de transformer, d'inventer des espaces nouveaux, depuis les tréteaux de 1789 jusqu'aux collines de L'Âge d'or, en passant par les scènes roulantes des Éphémères. Chaque spectacle était attendu ­­– est attendu ­­– non seulement pour le récit, la forme et le sens, mais aussi pour son inscription nouvelle et surprenante dans l'espace. Enfin, votre théâtre a toujours été ouvert au monde, par l'accueil d'artistes ou de citoyens pourchassés dans leurs pays, notamment en Afghanistan. Par cette ouverture permanente, vous nous rappelez que rien jamais ne doit être figé, que la création peut s'opérer dans tous les domaines du spectacle mais aussi de la vie en général. Merci aussi pour cette leçon là !

 

Au fond, la spécificité du Théâtre du Soleil, c'est d'être bien plus qu'un lieu de représentation théâtrale : un lieu de vie et de construction fondamentale des personnes qui y participent, qu'ils soient acteurs ou spectateurs. En ce sens, vous avez fait œuvre civique autant qu'artistique, profondément civique parce que profondément artistique.

 

Il était donc naturel, pour fêter ce demi-siècle, que la République vous honore, collectivement, aujourd'hui, par ma voix. D'autres auraient sans doute proposé de considérer personnellement le travail d'Ariane, dont je n'ignore rien de la fonction déterminante dans votre aventure, mais je crois plus juste et plus conforme à votre propre conception de la vie de mettre l'accent sur la troupe dans son ensemble.

 

Chers amis, ce n'est donc pas seulement le spectateur fidèle qui vous honore aujourd'hui,  mais c'est le ministre de la Culture, de la jeunesse et de l’éducation durable, représentant l'ensemble du Gouvernement.

 

Je suis heureux de pouvoir vous annoncer que tout le domaine de la Cartoucherie de Vincennes sera désormais considéré, au même titre que la Comédie Française, comme monument national dédié aux arts de la scène. Nous trouverons très prochainement avec mes conseillers hautement spécialisés dans l'innovation administrative, la formule juridique qui assurera à la fois la pérennité du lieu et votre indispensable liberté de travail et de création.

 

Par ailleurs, le ministère lance aujourd'hui un appel aux jeunes sculpteurs des écoles des Beaux-Arts pour la réalisation, en dur, de votre splendide marionnette de la Justice, image puissante des manifestations conte la réforme libérale des retraites à Paris, qui vous a accompagné jusqu'à Athènes, qui sera définitivement installée à l'entrée de la Cartoucherie. Cette œuvre rappellera votre engagement politique permanent pour les causes les plus justes.

 

Vous n'imaginez pas ma fierté de pouvoir vous remettre aujourd'hui la première médaille du HMCR (Haut mérite de la culture républicaine), nouvellement créé pour honorer tous ceux qui allient au plus niveau l'action culturelle et artistique avec l'engagement citoyen.

 

Mesdames et Messieurs, chers amis du Théâtre du Soleil, au nom du président de la République et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais collectivement officiers du HMCR.

 

(Remise du paquet de médailles à Ariane Mnouchkine.

Éclate une musique originale de Jean-Jacques Lemêtre. Accolades.

La cérémonie est retransmise en direct sur le site ministériel www.culturesolidaire.net  

Buffet oriental, comme d'habitude. Boisson au gingembre à volonté.)

 

carassocouv

 

en savoir + sur le Théâtre du Soleil

 

 

 

Publié dans COUPS DE COEUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article