Salut à Charles Joris

Publié le par JGC

Cofondateur du Théâtre populaire romand (TPR), le metteur en scène et comédien Charles Joris est décédé vendredi 16 janvier. Il avait dirigé le TPR de 1961 à 2001, une aventure théâtrale exceptionnelle basée à La Chaud-de-Fonds en Suisse.

Joris.jpg

Mon cher Charles,

J’aurais tant voulu être là pour te faire un dernier salut, te dire mon amitié, ma reconnaissance et égrener quelques souvenirs de nos rencontres multiples, à la Chaux-de-Fonds, à Paris, à Vergèze et jusqu’en Australie…

Avec mes amis du Théâtre du Bonhomme Rouge, nous n’oublierons jamais notre première invitation à la « Biennale jeunes publics » de la Chaux-de-Fonds, notre découverte du TPR et de sa fringante équipe, du dynamisme que tu savais lui insuffler.

Ce fut ensuite la tournée organisée dans les écoles : lever à 5 heures, montage à 7 heures puis représentation à 9 heures… Un travail de forçats, mais tellement justifié dans ces montagnes que tu aimais tant, pour ce public nouveau que tu recherchais. Nous avions 25 ans, jeunes débutants, et vous nous aviez fait confiance : cela ne s’oublie pas !

Nous sommes revenus quelques années plus tard, avec mon ami Augusto Boal, pour présenter nos premiers travaux et réaliser nos premiers stages du « Théâtre de l’Opprimé », surprenante rencontre entre la culture Suisse romande et le révolutionnaire sud-américain ! Là encore, ce fut un geste d’audace et un accueil chaleureux.

Au cours de ces aventures, la Chauds-de-Fonds, le « Pod », Le Locle et ses environs, « Beau Site »… m’étaient devenus des lieux familiers, dans lesquels je suis revenu souvent, pour le simple plaisir de la rencontre et des amitiés avec toi, Jacqueline, Phiphi, Maryvonne, Claude, Gilles, Isabelle et tant d’autres…

Ce furent ensuite, entre nous, des rencontres plus distantes mais toujours fidèles, entre la Suisse et la France... Jusqu’à ce voyage mémorable que nous avons accompli ensemble en 1995 en Australie, à l’occasion du Congrès mondial « Théâtre et éducation ». Avec quelques Français, un Belge, un Portugais, et votre petite délégation Suisse, nous étions la minorité francophone dans un océan anglophone, à l’autre bout du monde. Congrès mémorable, mais aussi voyage dans les environs de Brisbane, en bord de mer, chez les Aborigènes ou dans ce « ranch » étrange où nous avions atterri un soir…

Toutes ces images demeurent en moi, amicales, rieuses, chaleureuses toujours.

 Mon cher Charles,

Je suis aujourd’hui empli d’une profonde tristesse, mais je mesure aussi la chance et le bonheur que nous avons eu de te croiser sur la route du théâtre populaire - qui nous servait de guide - et sur le chemin de l’amitié personnelle. Merci donc, pour tout cela. Je t’embrasse.

 

 rerouvez quelques images de Charles

 

 

 

 

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article