Culture(s) et politique(s).1

Publié le par JGC

portes_ouvertes_culture-copie-1.jpgS'il est une notion qui n'en finira pas de provoquer débats et polémiques, c'est bien celle de "la culture", dont nous sommes tous passionnés mais qui signifie, pour nombre d'entre nous, des réalités et des théories très diverses. En cette période pré-électorale, voici que ressurgit la grande question de la place de "la culture" dans le champ politique, ou encore celle de la "politique culturelle", voire de "la politique de la culture", bref quels arguments pour un projet politique de la culture, ou pour un projet culturel de la politique. La question ne manquera pas d'alimenter colloques et séminaires d'ici avril 2012.

Loizo suivra l'affaire bien entendu.

Pour commencer l'année, après le texte de Robin Renucci déjà cité ici, voici deux liens utiles qui dialoguent et polémiquent : Nicolas Roméas / Michel Simonot-Diane Scott

A suivre...

 

L'art, la culture et la gauche

" Victoire ! Quelques mois avant une échéance électorale absolument cruciale, les partis de la gauche française semblent enfin se réveiller sur la question essentielle de la culture.
Nous nous en félicitons, bien sûr, et nous aurions mauvaise grâce à ne pas le faire, nous qui, depuis des lustres, ne cessons de tirer cette sonnette d'alarme. Mais, il faut l'avouer, nous ne sommes pas certains qu'il s'agisse d'une prise de conscience suffisamment profonde de ce qui est aujourd'hui en jeu. Car, lorsque nous prétendons que cette question est essentielle, nous ne voulons pas - seulement - rappeler qu'il s'agit là d'un enjeu politique important pour la gauche française face aux effets délétères de l'ultralibéralisme… La situation est plus grave et elle dépasse de très loin les joutes conjoncturelles récurrentes en période d'élection...." Lire la suite sur Médiapart

 

auquel répond directement

 

Résister au « populisme culturel » : pour un argumentaire renouvelé de la culture

Par Diane Scott et Michel Simonot

À propos de « L’art, la culture et la gauche » de Nicolas Roméas (Médiapart, 8 août 2011).

Nicolas Roméas est directeur de la revue Cassandre.

Diane Scott est metteur en scène et critique.

Michel Simonot est homme de théâtre et sociologue de la culture.

 

"À l’approche des élections présidentielles, le mot « culture » est venu désigner l’un des espaces électoraux à investir, et la présence de plusieurs candidats de gauche au Festival d’Avignon cet été a dénoté autant que stimulé une certaine agitation autour de cette question. Il est vrai que la disparition de la question culturelle dans les projets politiques, notamment depuis les présidentielles de 2002, avait créé une inquiétude telle que cette brusque réapparition a pu susciter un certain espoir. En réalité, hormis une atmosphère de polémique aussitôt attisée par les médias, rien, ou presque, n’a été esquissé d’une conception de ce que serait une politique culturelle, et encore moins d’un projet de société qui lui donnerait du sens et un fondement – un projet politique s’entend. Aussi règne-t-il en la matière une atmosphère de bavardage confus.

La publication récente d’un texte sur Médiapart appelant les candidats de gauche à se saisir de ce thème avec force (Nicolas Roméas, «L’art, la culture et la gauche », 8 août 2011), aurait pu constituer, dans ce silence général, une base de réflexion salutaire. Il nous a semblé, hélas, emblématique de la circulation actuelle de discours peu rigoureux qui doivent leur diffusion à la mollesse du paysage intellectuel dans lequel ils prennent place. Nous souhaiterions ici en contester quelques énoncés et profiter de la lecture de ce texte pour appeler plus généralement à un ressaisissement de ces questions. Si la « culture » manque à l’heure actuelle de quelque chose, c’est moins d’une prise en compte par les politiques, que de sa prise au sérieux par ses propres « défenseurs »."...  Lire la suite sur La revue des Livres

 

Publié dans ACTUALITES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article