Quand je serai ministre de la Culture...

"Voilà ! C’est fait ! Nous y sommes ! Cette fois, c’est certain ! C’est mon tour !
Le secrétaire général de la Présidence est apparu sur les marches de l’Élysée, a égrené la liste des membres du nouveau Gouvernement. Après le Premier ministre et les ministres d’État chargés de l’Économie, des Finances, de l’Emploi et de la Solidarité nationale, après les ministres des Affaires extérieures, de l’Éducation et de la Justice, ce fut l’annonce du ministre en charge de la Culture, de la jeunesse et de l’éducation durable : votre serviteur !..."

           carassocouvfrance-culture2Ecoutez l'entretien de l'auteur avec Marie Richeux, dans l'émission "Pas la peine de crier" du 13 janvier 2012 (40 minutes)
 
LA PRESSE EN PARLE :
télérama2
Jean Chollet sur Webthea

"Et le nouveau ministre de la culture est..."
Jean-Pierre Thibaudat sur Rue 89
 

Comment sera notre prochain ministre de la culture ?

  par François Deschamps sur Territorial.fr

 

Atrs et regards ici

 

Petit pamphlet ironique

par Michel Voiturier dans Rue du théâtre

 

Ministre de la culture : être ou ne pas être ?

par Philippe Poirrier sur Polycultures

 

La lettre écarlate ici

 

L'Oeil, le Journal des arts

par Sophie Flouquet

l-oeil-JGC-copie-1.jpg

Mouvement n°63 avril-juin 2012

par Jean-Marc Adolphe

 

"... La musique qui agite le bal des prétendants (au ministère de la culture) est d'un autre âge. Bien plus stimulante est l'échapée d'un outsider (militant de longue date de l'action culturelle et directeur de l'association L'OiZeau rare, qu'il a fondée) qui, lui, ne dissimule pas son ambition : avec Quand je serai ministre de la culture... Jean-Gabriel Carasso n'y va pas par quatre chemins et invente des voies buissonnières pour réinventer de fond en comble les possibles d'une politique culturelle, "après cette idée lumineuse de démocratisation culturelle, puis celle de l'exception culturelle devenue aussitôt diversité culturelle pour atteindre aujourd'hui le droit culturel pour chacun et peut-être pour tous" fait-il dire dans la préface malicieusement signée "Jack Malraux". Devenu donc ministre de la culture, de la jeunesse et de l'éducation durable, sous l'égide d'une "République nouvelle, solidaire et poétique", Jean-Gabriel Carasso raconte par anticipation, jusqu'à sa lettre de démission, le transfert de son ministère en banlieue et les principales mesures qu'il met en oeuvre pour une "politique culturelle partagée". Le forme plaisante de l'ouvrage, qui singe la prose officielle avec son lot de communiqués et de discours, ne surplombe heureusement pas une vision revigotante de l'action culturelle..."

 

La Nouvelle Vie Ouvrière . Magazine de la CGT du 6 au 19 avril 2012

par Yonnel Liégeois

NVO-copie-1.jpg

 

Cassandre n°90

Cassandre-90-2.jpg

 

et quelques commentaires :

"Monsieur le Ministre,
Cher copain de son conseiller spécial...
Vous lire m'a instruit, fait réfléchir et pas seulement diverti...Joliment joué!"
Emmanuel Wallon (Professeur de sociologie politique à l'Université Paris Ouest - Nanterre)

 

"J'ai beaucoup aimé ce livre et l'humour reste le meilleur antidote de la crise.
Monsieur le Ministre quand me remettrez vous ma décoration?"

Jean Hurstel (Président de Banlieues d'Europe)

 

"Ce livre est merveilleux et définit avec truculence un avenir possible et souhaité"

Serge Saada (auteur de "Et si on partageait la culture")

 

"J’ai reçu ton livre hier et je l’ai “dévoré” avec une vraie jouissance de lecteur hier soir ! Roboratif et stimulant ! Du style, du contenu, de l’humour ! Tout ce qu’il faut pour faire un best-seller, voire un ministre !
Bravo et merci..."
Philippe Meirieu (Enseignant, militant pédagogique)

 

" j’ai lu ton bouquin avec le sourire aux lèvres en permanence.
C’est drôle, forcément impertinent, jamais méchant, imaginatif et rarement gratuit"

Jean-Pierre Saez (Directeur de l'Observatoire des politiques culturelles)

 

"Dis donc j'ai dévoré ton ouvrage.
Je ne m'attendais pas à une étude aussi sérieuse et écrite carrément en langue ministérielle.
J'espère que cela va circuler dans les officines des candidats aux présidentielles.
Au début on croit au canular  et peu à peu on voit une vraie pensée et une vraie construction ..."

Jacques Livchine  (Metteur en songe / Théâtre de l'Unité)

 

"Je termine ton livre ce matin. Il est d'intérêt général, contributif à une nouvelle économie de la culture et coup d'onde dans le Mainstream en remontant à contre-courant ; tout ça sans leçon et avec humour. Un vrai saumon ! Y a de l'espoir..."

Robin Renucci (Comédien, directeur des Tréteaux de France)

 

"Cher Ministre, cher Jean Gabriel,
Je me suis délecté à lire ton livre ! Tout un programme sous l'air d’une pochade ! tu vises juste en donnant des pistes pour l'avenir et en ironisant sur d'autres sujets qui, évidement, ne méritent que moqueries... Ton ouvrage est, en fait, à prendre au sérieux. Puisse- tu à l'avenir influer des Ministres.Merci encore !
Philippe Coutant (ex directeur du Grand T)

 

"Monsieur le ministre...

je tiens à vous dire la haute considération où je tiens votre personne et votre oeuvre.J'ai été particulièrement flatté de la distinction que vous avez bien voulu me conférer urbi et orbi,et je vous prie de croire au dévouement sans limites que m'inspire la personne de votre populaire et combative excellence...
Robert Abirached,g.o.
(Ecrivain. Ex-directeur du Théâtre au ministère de la culture)

 

"j'ai commencé à lire et je n'ai pu m'arrêter qu'à la fin. D'un jet, oui, tant l'analyse m'est apparue pertinente, percutante et... salutaire. Il y a là matière à réfléchir pour instruire un nouveau chemin pour la culture  et se réjouir pour transformer à nouveau notre société artistique: qu'on se le dise! Et puis, à chaque page, j'entrevoyais ton sourire à la fois ironique et généreux..."
Alain Timar
(Metteur en scène, Théâtre des Halles-Avignon)

 

Merci Monsieur le ministre et que de plaisir à partager tes premiers pas dans ce qui doit être sûrement cette VI ème République. J’ai beaucoup aimé cette écriture de vie, mêlant la profondeur de champ à l’enchantement d’un tendre sourire.
Alain Lievaux (ex directeur du Théâtre du Merlan-Marseille)

 

 en savoir plus et commander