Qui a dit… « la culture pour chacun » ?

Publié le par JGC

chacun.jpg

 

Qui a dit ?

« aux réalisations nombreuses et variées qu’a rendu possible la reconnaissance de la culture comme objet à part entière du champ citoyen par la création d’un ministère qui lui est consacré, s’oppose le constat du résultat décevant des politiques de démocratisation culturelle tel que le dresse la dernière enquête décennale sur les pratiques culturelles des Français. …

C’est maintenant un devoir d’inverser ce phénomène et de diriger résolument les efforts du Ministère vers l’objectif d’une culture partagée, créant du lien social et non de l’intimidation sociale…. »

 

« La culture doit être conçue non plus comme une dépense mais comme un investissement qui revêt trois dimensions :

- un investissement économique car elle est un facteur essentiel du développement local…

- un investissement collectif pour notre société et un ferment de cohésion sociale car elle a la capacité de rassembler les individus dans le respect de leurs différences.

- un investissement personnel et intime que chacun d’entre nous fait de la culture lorsqu’il est confronté à l’expérience individuelle qu’elle lui apporte… »

 

« D’une certaine manière, le véritable obstacle à une politique de démocratisation culturelle, c’est la culture elle-même. Une certaine idée de la culture, répandue dans les composantes les plus diverses de la société, conduit, sous couvert d’excellence et d’exigence, à un processus d’intimidation sociale ».

 

La réponse est donnée par Daniel Conrod dans Télérama.

Le texte complet est ici.

 

Texte paradoxal qui part d’une idée fausse et simpliste (fausse parce que simpliste !) « l’échec de la démocratisation », pour en arriver à quelques réflexions pertinentes sur la nécessité de sortir du seul critère « d’excellence », afin de donner à la politique culturelle un sens différent, plus tourné vers le lien social… Ce que nous sommes nombreux à dire, depuis fort longtemps ! Chiche !

Texte paradoxal qui indique, par exemple, l’importance de l’éducation artistique et culturelle – comme Jacques Attali le note dans ses propositions pour la croissance ! - alors que ce domaine est désormais principalement orienté vers « l’histoire des arts », ce qui n’a rien à voir…

La « culture pour chacun »… la « culture pour tous »…

Le prochain ministre s’attachera sans doute à « la culture pour tout un chacun ! »

 

 

 

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article