Qui a dit ?

Publié le par JGC

Image 3

« La culture, ce sont des lettres plus que des chiffres, des émotions et non des statistiques. »

« En 2010 comme en tout temps la culture n’est pas là pour nous «divertir», c’est une vigie fidèle qui nous prémunit de tout ce qui peut porter atteinte à notre humanité et qui nous aide à nous élever. »

«  (dans le domaine de l’éducation artistique) , rien ne vaut la fréquentation directe des oeuvres et des créateurs : tout le territoire devra être couvert par des conventions entre les écoles et les lieux de culture d’ici la fin 2010…

Avec 2500 Lycées en France, imaginez ce que cela représente … comme publics potentiels pour demain. Il y a de magnifiques expositions. Prenons Soulages à Beaubourg : ce n’est pas extravagant que cette exposition soit filmée et montrée libre de droit à tous les lycéens de France, dont tous ne peuvent pas venir à Beaubourg. L’opéra : chacun sait ce que coûte une place d’opéra et quel est l’équilibre difficile d’une production. Lorsque l’on monte une grande production à l’opéra Garnier, à Bastille, ce serait formidable qu’elle soit diffusée dans les 2500 lycées de France! Les films, aussi : on ne fera pas concurrence aux salles de cinéma en permettant aux lycéens de voir dans leurs établissements les films. On crée un public. Il en va de même pour les théâtres. Allons chercher le public, n’attendons pas qu’il vienne! Donnons à tous la chance de rencontrer ces œuvres ! Cet objectif, nous devons l’atteindre dès 2010 : je souhaite que tous les lycées aient les structures physiques pour accueillir ces programmes. Les ministres de l’éducation nationale et de la culture s’entendront pour gérer la question des droits. Rendez-vous compte de tout ce que l’on peut réaliser si l’Education nationale se met au service de la culture !

Il reste à traiter l’éducation par la pratique artistique. C’est le chantier qui a le moins progressé, c’est donc celui qui doit mobiliser tous les efforts des ministres de la culture et de l’éducation nationale en 2010, avec une règle simple que je fixe en prenant l’exemple de la musique. L’école doit offrir à tous les élèves une initiation musicale dès le plus jeune âge, en animant des chorales, des orchestres... Les conservatoires et écoles de musique doivent prendre le relais de l’éducation nationale et offrir partout un enseignement de qualité : c’est par cet effort conjugué que nous pourrons former les artistes et les publics de demain.

« Je sais que la culture n’est pas un champ à moissonner ni une forêt à mettre en coupe réglée, c’est une jungle foisonnante et un écosystème dont nous devons entretenir la vitalité, la variété et la non conformité. »

La réponse est ici

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article

Anaëlle MANCINO 17/01/2010 20:11


Réponse à tiroir: Mr. S. ne cache pas ses penchants culturels.
Quoi qu'il en soit, mon humour est grinçant, c'est vrai.


Anaëlle MANCINO 17/01/2010 08:08


Et bien pour une fois, je me réjouis que cet homme ne fasse que des "promesses qui rendent les couillons joyeux" ! Je m'explique: De même que notre Victor Hugo national reste pour beaucoup LA
référence littéraire populaire, je m'effraie de l'image totem qui servirait de phare à nos petites têtes blondes... "Ah que... " blondes ?  


JGC 17/01/2010 10:08


Je ne suis pas sûr de comprendre le sens de votre commentaire  !


JC LALLIAS 11/01/2010 22:07


Il en dit tellement sur tout... On est tellement habitué à cette COMMUNICATION vide d'effets réels... C'est une façon de gouverner, qui épuise.. Même ses propres troupes.
De généreuses idées lancées, etpus le sfaits, tout petits quand ils ne sont pas tout simplement de terribles reculs.

Mais ce combat vaut la peine qu'on rappelle cet "engagement" si peu engagé dans la réalité. 


Serge 11/01/2010 21:50


Comme on a pu déjà souvent le constater, Sarkozy pousse à un très degré l'art de séparer le champ du discours et celui des actes. Il cherche à nous convaincre / séduire /endormir par  des
formules des prises de position qui non seulement  ne trouvent ensuite jamais leur traduction dans la politique mise en oeuvre mais la plupart du temps sont totalement contredites par son
action.