Le "11 septembre" des lycéens

Publié le par JGC

11-sept.jpg

Ce fut un grand moment que ce « 11 septembre » de Michel Vinaver, mis en scène par Arnaud Meunier au Théâtre de la Ville avec une cinquantaine de lycéens de la Seine-Saint-Denis. Un travail d’une année, ateliers réguliers puis cinq semaines de répétitions, pour aboutir à un spectacle d’une rare intensité, porté par des jeunes dont ce n’est évidemment pas le métier mais qui apportent à la fois leur fragilité et leur enthousiasme à une aventure hors du commun.

Tout dans cette expérience m’a semblé remarquable.

L’aventure elle-même, au carrefour de l’art et de l’éducation, qui embarque cette troupe dans un monde inconnu, à la fois du théâtre, de la politique, de l’écriture, de l’histoire, des religions, du terrorisme… Le choix de la pièce, sur l’événement le plus marquant de ce début de siècle, dans une forme contemporaine polyphonique inhabituelle… L’apport des artistes, comédiens et metteurs en scène, qui ont encadré le spectacle en permettant à chacun de se l’approprier… L’origine modeste et si souvent assignée à résidence culturelle des jeunes lycéens… Le fait de présenter ce travail dans un des plus grands théâtres de la ville, devant un vrai public… (Il y avait là même le ministre de la culture !) En conséquence, l’ouverture de la salle aux familles de ces jeunes, que l’on ne voit guère dans les salles habituellement…

Bref, tout ce que l’on dit depuis des années sur l’importance de l’expérience artistique dans l’éducation, sur le partenariat entre enseignants et artistes, entre établissements culturels et éducatifs, sur l’importance de réaliser de « vrais » projets, sur la puissance du théâtre comme aventure collective… Tout cela a été brillamment confirmé dans cette démarche menée avec justesse.

Pour qui milite depuis tant d’années pour que se développent ces expériences essentielles, bien loin rappelons-le d’un enseignement magistral d’une « histoire des arts », on ne peut-être qu’heureux de voir que des équipes jeunes s’emparent de l’affaire pour démontrer, s’il le fallait, combien ces processus sont importants et efficaces. Parions que tous les participants se souviendront longtemps de cette tranche de vie… Bravo à tous !

 

En savoir plus ici

Publié dans COUPS DE COEUR

Commenter cet article

LALLIAS Jean-Claude 15/09/2011 16:29



Cette expérience de 11 Septembre 2001 de Michel Vinaver est en effet exemplaire.Malgré l'usage trop souvent abusif des superlatifs, je crois qu'il s'agit d'un événement historique, à la fois pour
la pièce et donc pour l'Histoire du théâtre contemporain, et aussi pour celle très récente de l'Education artistique à l'Ecole.


Le signal d'une confiance dans le travail entre Artistes, Elèves et Professeurs, Associations où chacun est à sa juste place. Le Théâtre de La Ville prend ainsi symboliquement date pour une autre
politique de l'Education et du Théâtre par un geste plein de courage et de sens. BRAVO à tous.