Culture et politique (suite)

Publié le par JGC

Paris. 11 décembre. Les éditions de l'attribut organisaient une journée de réflexion "Quelle politique culturelle pour 2007 ?". Deux tables-rondes. la première sur "l'éducation artistique est-elle encore un enjeu majeur en France?". La seconde "Quelle politique culturelle pour 2OO7, avec ou sans ministère de la culture?". Deux salles pleines, chaleureuses, attentives...

Sur l'éducation artistique, j'ai entendu notamment :

Christine Juppé Leblond (inspectrice générale de l'Education nationale) : "nous sommes désespérés... la question est politique... il nous  faut absolument convaincre les politiques du bienfondé de nos propositions..."

Muriel Marland-Militello (Députée UMP) : "les politiques sont incultes par nécessité... parce que, aller au théâtre, cela ne rapporte pas de voix... Si ce dossier n'avance pas, c'est qu'il y a consensus. Tout le monde est d'accord, sauf pour y mettre les moyens financiers..."

Jean-Claude Pompougnac (directeur d'ARCADI) , citant Catherine Trautmann : "la culture est l'impensé politique de nos sociétés..." et d'insister sur les formes nouvelles de la transmission qui offrent aux artistes une fonction spécifique d'intervenants "qui décalent les savoirs"...

J'ai moi-même tenté d'expliquer la tension permanente entre "une pédagogie de programme et une pédagogie de projet... et la grande difficulté à faire cohabiter ces deux philosophies..."

Catherine Anne a défendu le point de vue de "l'artiste qui dérange... il ne faut pas banaliser sa présence..."

Tout le monde s'accordait sur la nécessité d'une action prioritaire dans le domaine des formations...

Il fut aussi question de la grande difficulté (et impérieuse nécessité) à travailler sur la question artistique dans une période ou le "risque zéro" se veut la valeur dominante. "Nous sommes victimes de l'idéologie sécurritaire ambiante... certains espèrent la séciruté pédagogique... or, il n'est pas d'éducation artistique sans risque..."

On a enfin insisté sur la dimension politique des enjeux : enjeu culturel, enjeu éducatif, enjeu territorial...

Sur la politique culturelle :

Jérôme Tisserand, au nom de la coordination des intermittents et précaires, est venu rappeler que la question qui domine depuis plusieurs années n'était toujours pas règlée. Tous les représentants politiques présents ont redit leur rejet de ce protocole...

Il fut beaucoup question de la redéfinition nécessaire d'une "ambition nationale pour la vie artistique et culturelle", de l'indispensable renouveau du ministère de la culture, de son sens, de son rôle aujourd'hui effacé (Sylvie Robert. Région Bretagne)...

Mais aussi de la nécessaire coopération rénovée et rééquilibrée entre le ministère et les collectivités territoriales... et de la dimension territoriale des politiques culturelles... et de l'indispensable "démocratie" et "diversité" culturelle (Marie Christine Blandin/ Les Verts)

Dominique Paillé (député UMP) a affirmé l'importance de l'éducation culturelle ("la suppression du plan Lang Tasca fut une connerie" nous dit-il !), interrogeant les fonctions du ministère de la culture (aménagement du territoire, égalité d'accès) mais souhaitant que la fonction d'aide à la création soit dévoule à des entités indépendantes (type CNC)...

On parla aussi de la liberté d'expression, des nouveaux territories de l'art (Michel Duffour) du téléchargement, de la gratuité...

Je laisse la conclusion à Jean-Claude Wallach (Consultant) : " l'importance est de savoir organiser la coproduction des politiques publiques... L'Etat devrait être cet organisateur..."

et à Sylvie Robert : " qu'est qui fait culture aujourd'hui ? au-delà des seules institutions? Comment faire pour mettre en place une politique culturelle "partagée"?

Et j'en déduis que...

Le débat sur la (les ) politique(s) culturelle(s) est plus que jamais nécéssaire. A l'heure des bouleversements du monde, des angoisses et des incertitudes sur l'avenir de nos sociétés, "ce qui fait culture aujourd'hui" doit être précisé, débattu, formulé... L'absence de cette question dans le débat public pour les présidentielle est effroyable... et symptomatique !
"La culture est l'impensé politique de nos sociétés!"
Merci à l'attribut de son initiative.
On en espère d'autres...

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article