En douceur...

Publié le par JGC

Je n’ai pas d’avis définitif sur la suppression de la publicité sur les chaînes publiques de télévision. Dans un autre contexte, j’aurais sans doute applaudi à cette initiative en ce qu’elle pourrait désamorcer (théoriquement) la télévision publique du marché de l’imaginaire qui nous assaille. Bien sûr, les ficelles sont grosses sur l’aide indirecte ainsi apportée aux télévisions privées qui voient avec bonheur arriver les mannes d’une publicité supplémentaire. Bien sûr, l’incertitude est grande sur le financement promis par l’Etat et l’on imagine aisément le scénario catastrophe qui pourrait se produire faute de moyens alloués : baisse de la qualité, baisse de l’audience, critiques diverses pour finir par vendre la maison au privé… Bien sûr, la nomination du PDG en Conseil des ministres, c’est-à-dire par le Président de la République, fait craindre les pires manœuvres et les pires soumissions et l’argument du CSA « hypocrite » est plus que ridicule. Si la nomination d’un PDG par le CSA était « une hypocrisie », il fallait changer le CSA et non lui ôter définitivement toute indépendance ! Comble de l’hypocrisie…
Mais tout cela n’est rien, en comparaison avec la méthode finalement utilisée aujourd’hui pour en finir avec la pub à la télé : à savoir, demander (c’est-à-dire imposer) à l’actuel président des chaînes de décréter lui-même l’arrêt du système en cours au 5 janvier prochain. C’est ce que vient d’annoncer notre la ministre de la Culture et de la communication. C’est ici.
La loi n’est pas encore votée que l’on exige qu’elle soit appliquée !
Comment disait-on déjà, de ce parti politique dans lequel on faisait faire leur « auto-critique » par les camarades suspectés de déviance idéologique ? Stalinien ! Voilà, nous sommes entrés en régime néo-stalinien.
Comme dit la chanson : « en douceur… en douceur… en douceur mais en profondeur ! »
La même ministre ce matin sur France Inter, interrogée sur ce qu’elle pensait de la disproportion du temps de parole entre la majorité (70%) et l’opposition (30%) – sans compter les interventions du Président de la République – ne trouve à répondre que : « le système est ainsi fait ! » Sommet de la pensée critique ! Que pensez-vous de la dictature… le système est ainsi fait !
« En douceur… en douceur… en douceur et profondeur ! » Et vous, vous pensez quoi ?

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article