Joyeuses fêtes

Publié le par JGC

Bien sur, il y a Noël, les cadeaux, les enfants, les jouets… la grosse bouffe… le bêtisier à la télé… La trêve des confiseurs, les best off… les cartes de vœux, les SMS, les zimel venus de partout… Et la préparation du réveillon, où, avec qui… Mais voilà, entre le saumon et la bûche, quelques infos qui filtrent malgré tout. Loizo est à l’affût et se fait un plaisir de veiller pour vous. Exemples :
Ce matin dans Libé (mais l’info était déjà parvenue au Figaro), on annonce que le rapport d’Eric Gross est arrivé sur le bureau des ministres de la culture et de l’éducation nationale. Pour les non-spécialistes, il s’agit de mettre en musique la proposition présidentielle de la « priorité » accordée désormais à l’éducation artistique à l’école. 28 propositions et recommandations seraient sur les bureaux ministériels, dont je ne dirai rien ici faute d’avoir pu lire le rapport en question. Ce n’est partie remise. On essayera d’être objectif.

Zingaro---Battuta002.JPGDans le même temps, on apprend que Bartabas aurait dézingué totalement le bureau de Directeur régional des affaires culturelles d’Ile de France, en apprenant la baisse des subventions attribuées à son école de Versailles. Une colère de cheval ! Résistant ou voyou ?

Enfin, les milieux du cinéma se mobilisent : une importante conférence de presse  se tiendra le 11 janvier prochain au cinéma Saint-André des Arts à Paris, pour dénoncer les baisses de crédits ( donc l’amputation significative des activités) dans les domaines de l’action culturelle cinématographique.

Mais au fait, quel lien entre ces infos ?
En vérité, on se demande de quelle éducation artistique nous parlons, les uns et les autres ? Comment prétendre au développement de l’art à l’école, alors que l’on fragilise de partout le champ culturel, ses militants, ses artistes les plus engagés dans des processus de rencontre et de sensibilisation avec les jeunes ? Et que dire d’un pouvoir qui s’affiche chez le Pape avec ce qui se fait de plus dégradant dans le domaine prétendument artistique ? Va-t-on étudier au collège l’histoire de l’irrésistible ascension de Jean-Marie Bigard vers le Stade de France, comme un élément essentiel de l’art contemporain ? Apprendre par cœur la biographie de Doc Ginéco ? Comment ne pas être saisi par la contradiction évidente entre le discours et les actes (symboliques) dont on nous abreuve d’images ? Ainsi va le Berluscozysme triomphant !
Rose1.jpg



Belles fêtes
et bonne année à tous !

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article