Réveillez-vous les artistes !

Publié le par JGC


Le débat se poursuit autour de la « lettre de mission » reçue par la ministre de la culture, et plus largement sur l’évolution de la question artistique et culturelle en cette période de Sarkozysme triomphant. Michel Simonot, qui fut sociologue et poursuit aujourd’hui une carrière de metteur en scène associé au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis livre sa réflexion dans Les Lettres françaises, sous le titre : 
lumiererouge.jpg
Réveillez-vous, les artistes !

"La lettre de la ministre, Mme Albanel, à Henri Taquet en réaction à l’éditorial de Benoît Lambert ne doit pas être considérée comme un incident. D’autant plus que, dans le même temps, le président de la République a adressé une lettre de mission à madame la ministre de la Culture qui définit (« nous souhaitons », « vous exigerez », « vous empêcherez »…) ce qu’est la politique artistique qu’il attend personnellement de voir appliquer. Je pense que ces événements, aussi spécifiques et circonstanciés peuvent-ils apparaître, s’inscrivent dans une période qui s’apparente à une fascisation rampante.

Aujourd’hui les choses s’accélèrent et s’aggravent : le poids des normes extérieures au champ artistique devient de plus en plus pesant et inévitable. C’est dans ce contexte que la lettre intervention d’Albanel a existé et que la lettre de mission a été rédigée et adressée. Leur premier effet est de nous familiariser avec l’intervention directe du pouvoir d’État exigeant de nous conformer aux demandes impératives du président et du gouvernement. Leur second effet est de renforcer d’un coup, d’imposer sans précautions, ouvertement, la dépendance de la vie artistique à l’égard des secteurs non artistiques. Le danger est d’autant plus préoccupant qu’aucun parti politique n’est prêt à formuler un projet de politique artistique, à défendre l’autonomie effective des artistes. La question de la culture a « avalé » celle de l’art au point de le faire disparaître des projets politiques. L’art n’est plus traité que sous l’aspect de « pratiques » individuelles ou collectives. Lorsqu’on aborde l’art comme « bien » (les oeuvres), on ne les aborde plus qu’à partir de deux critères préalables : la fréquentation et les publics à atteindre. Ceux-ci sont envisagés à la fois globalement (le public) et de façon sectorisée (les quartiers, etc.)…."

Lire la suite

Contribution utile en cette période d'anesthésie généralisée du débat public véritable sur la question.

Publié dans COUPS DE GUEULE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article