Brèves de la semaine…

Publié le par JGC

Dans mon quartier, la guerre fait rage entre la candidate socialiste à l'élection législative désignée par son parti et l’ancien député (ex-socialiste aujourd’hui exclu) qui se représente malgré tout, de manière isolée. Nous en sommes aux tribunaux : l’un a détourné le site internet de l’autre. Condamné ! Il contre-attaque en prétendant que son adversaire collerait des affiches hors des espaces réservés. Un huissier constate que c’est faux ! Le Maire de Paris proteste pour détournement illégal de son image, que l’ancien député utilise sans vergogne… Ségolène est passée sur un marché soutenir la candidate officielle. Emeute et les coups de poings… Le candidat maintenu fait appelle à… Michel Charrasse pour le soutenir (le même qui recevait Berluskozy en sa mairie auvergnate entre les deux tours des présidentielles). En attendant la droite se frotte les mains : cet arrondissement qui a voté à 64% pour la gauche récemment pourrait tomber à droite ! Nous vivons une époque formidable !

Réunion à Paris sur l’éducation artistique organisée par la mairie du 18è. Invité pour l’introduction, j’indique les grands enjeux du moment : l’enjeu de sens, l’enjeu de qualité, l’enjeu de la formation et… l’enjeu politique ! Aussitôt, l’adjointe au maire (socialiste) chargée de la culture, organisatrice de la rencontre, se croit obligée de préciser que la réunion n’a « rien de politique »…
Il faut attendre deux ou trois témoignages d’enseignants pour que ceux-ci rappellent combien leurs projets sont des projets éminemment « politiques ». Et de m’adresser quelques coups d’oeil complices. Même le mot fait peu à certains.
Une responsable de la Ville m’indique en aparté que des parents de jeunes filles musulmanes ont refusé que leurs enfants participent à un atelier musical. Rien de politique là-dedans, bien entendu ! Nous vivons une époque formidable !

Finks.jpeg

Reçu hier le texte de l’entretien accordé par Alain Finkielkraut au Soir de Bruxelles (9 mai 2007). Extraits : « La Gauche dans cette élection a connu une véritable débâcle… Elle n’a même pas été capable d’incarner l’alternance. Pourquoi ? Parce qu’elle n’avait pas de projet ; elle l’avait remplacé par « l’ennemi »…
Ce discours est atterrant, mais il révèle la persistance, en France, du robespierrisme. Qu’est-ce que le robespierrisme ? C’est la politique non pas comme amour du monde mais comme amour de la haine. Il ne s’agit pas, dans cette perspective, de faire du monde un séjour humain, il s’agit d’éradiquer le mal en démasquant les méchants. Fort heureusement, l’amour de la haine a perdu, mais fort tristement, il a quant même réuni 46% des voix

Amour du monde le Kärcher, amour du monde l’éradication de Mai 68, amour du monde le Fouquet’s et le Yacht, amour du monde les enfants arrêtés..? Et notre penseur parade dans nombre d'émissions de télévision. Faut-il le répéter, l’époque est formidable !

Vu a lé télé : notre nouveau Président représentant la France au G8, posant pour la photo de famille des grands de ce monde... un téléphone portable à la main ! Je n'ai pas vu la marque de l'appareil, mais peut-être a-t-il un contrat d'exclusivité pour la promo ?

Au chateau de Versailles : Jean-Jacques AIllagon remplace Christine Albanel devenue ministre de la culture. Qui avait nommé Christine Albanel à Versailles ? Le ministre de la culture de l'époque... Jean-Jacques Aillagon ! Pas de doute : nous entrons dans une ère de la République irréprochable et de la transparence des nominations importantes !

Sempre.jpg
Pour mémoire :
sortie mercredi prochain de SEMPRE VIVU, premier film de Robin Renucci dont je vous ai déjà parlé. A vos écrans !


Et bon dimanche ! On vote !

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article